Merci à l’ISFAC mon ancienne et dernière école de formation à La Rochelle pour cette mise en lumière. Promo 2012-2013 en BTS MUO (BTS Management Commercial Opérationnel)

Je me replonge dans mes pensées et me remémore qui j’étais à cette période et c’est là que je me dis que j’ai plutôt bien évolué et que finalement ce que je voulais vraiment à cette époque, et bien je l’ai aujourd’hui 9 ans après et encore mieux que ce j’espérais. C’est fou ! Alors petite gratitude en écrivant ce texte. Un grand Merci à l’Isfac rien que pour ça. (Si toi comme moi, il y a des moments où tu penses que rien n’avance, repense à qui tu étais ou ce que tu faisais il y a 10 ans.)

Quand vous me demandez ce que j’ai fait à l’école , voici la réponse ici :

Mon cursus scolaire n’a jamais été simple. Quand j’étais plus jeune, j’avais honte de parler de mes études. Est-ce qu’on en parle des mecs qui me disaient à l’école « un bac pro ça paye pas ! »  et on remercie Section d’assaut pour leur paroles, bien-sur. Ce qui signifiait pour moi qu’a coup sûr je n’allais rien faire de ma vie, oui, c’est sympa comme vision de mon avenir. Loin des grandes études que mes amis faisaient. Clairement mes parents n’avaient pas 15 000€ à mettre dans un « je ne sais pas quoi faire comme étude » et jamais j’aurais fais un crédit pour ça. Sachant pertinemment qu’il n’était pas nécessaire de payer autant pour réaliser mon rêve. 

Donc j’ai choisi de m’orienté vers un cursus pro, (que je ne regrette pas aujourd’hui). Mes premières expériences pro en entreprise ont commencé au Futuroscope de Poitiers, j’avais seulement 14 ans. Depuis, je n’ai jamais quitter le monde pro et j’ai toujours travaillé dans des secteurs d’activités très différents tel que l’immobilier, l’assurance, l’accompagnement en formation, les services publics, le bâtiment, l’intérim, la communication, le commerce… Bref j’ai tout fait et impossible de me sentir épanouie dans ces différents secteurs d’activité. De plus j’avais une vision de l’autorité quelque peut défaillante, avec tous ces chef d’entreprise et ce système salarial erroné « UN GROS BULLSHIT ». Impossible de trouver la solution pour être épanouie. Le mot « entreprenariat » n’existais pas pour moi. Evidement c’est pas à l’école qu’on va t’en parler. Crée son entreprise me paraissait tellement loin et impossible. Aujourd’hui, ça a bien évolué, même très bien évolué. L’état à mis en place des aides, des statuts…  ils ont même trouvé une audience pour des émissions de télé à ce sujet. DINGUE ! Bref, comme vous le savez être entrepreneur c’est devenu HYPE. C’est sur qu’avec 15K tu peux monter ta boite ou les mettre dans une école qui ne te correspond pas. « more or less »

Donc, parallèlement à mon cursus pro je revenais toujours à cette passion que je faisais chez moi, c’est à dire faire des photos et les retoucher sur mon logiciel piraté. D’ailleurs j’avais aussi développer mon petit business à l’école pour vendre mes photos en couleur à 4€ et 2€ en noir et blanc. #argentdepoche

Donc en attendant pas le choix, il fallait aller à l’école quand même. Donc, j’ai choisie de me laisser la reflexion et je me suis dis alors que c’était mieux de faire des formations dans différents secteurs d’activités pour pouvoir être polyvalente et avoir le choix. (Au fond de moi, c’était la peur d’être cantonnée dans une seule compétence et d’être coincée à vie dans un domaine qui ne me plaisait pas) 

  • (BAC PRO) Administratif/Comptable : Clairement avant ça , je me demandais si ça allait me servir un jour. Mais nous sommes en France et comme vous savez on aime les formulaires, les papiers et les processus longs et en général ce n’est jamais simple. Donc oui aujourd’hui ces compétences me sont utiles. Encore plus car je n’ai pas de comptable et une salariée à gérer (c’est un casse tête, mais ça s’appelle la compta je crois)
  • (BTS MUO Management des unités opérationnel) Commercial : Tu peux être le plus talentueux des artistes, mais si tu n’es pas business et que tu ne sais pas vendre un stylo, ça peut être dur de gagner ta vie.
  • La communication  : j’ai voulu intégrer des écoles de communication, mais j’ai été refusé car je n’avais aucune expérience dans le secteur. (Comment peut-on avoir de l’expérience dans la com si on ne me laisse pas commencer un jour ???). Bref j’ai fait « Next, pas le time ! » et je n’avais pas la patience d’être encore à l’école car je n’ai jamais aimé ça. Donc merci Internet, YouTube, Google, Facebook, et les rencontres qui m’ont permis de me former seule et de me tisser mon réseau et encore aujourd’hui.

« l’autodidacte » comme « l’entreprenariat » sont deux mots que je ne connaissais pas à l’époque et que j’ai compris car des gens m’ont appris leur signification. 

J’aimerais parler encore et encore de ce sujet là, mais malheureusement j’ai un nombre de mots à ne pas dépasser sur cette plateforme. Sinon peut etre que je ferais appel à  un éditeur un jour. Why Not ! 🙂 Bref, en attendant je vous conseille de découvrir ce livre ou à écouter sur audible : « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » de Olivier Roland. Un livre très intéressant et enrichissant.

Ce que je retiens de ma propre expérience : Tout est née d’une passion et je veux que ma vie continue à être si passionnante. C’est d’ailleurs pour ça que mon monde perso pro et si difficile à départager. Rien ne vaut la peine d’être réaliser ou partager sans passion.

écrit par Laurinda Hudgens

Recommended Articles